desert_parkLogo_BD_du_mercredi_de_Mango_1

"Desert Park" de Thomas Humeau, manolosanctis, 2010


Filant à toute allure au volant de son vieux cabriolet, David s'abandonne à ses souvenirs .. Il y a 10 ans ; lui et ses parents sont en vacances. A cause d'une récente tempête, le parc de loisirs est dévasté, il n'y a plus d'eau dans les piscines, le toboggan est détruit. Cela ne l'empêche pas de rencontrer une bande d'enfants de son âge avec qui il va rapidement se lier d'amitié, pour le meilleur et pour le pire ...
Au fil d'un road-trip halluciné entrecoupé de souvenirs d'enfance, David va progressivement se résigner à affronter le douloureux passé qu'il trouvera au bout de la route.


David est au volant de sa voiture. Il se rend à un rendez-vous qu'il a sans cesse repoussé et qui va le replonger dans ses souvenirs d'enfance.
Dix ans plus tôt, il se rend dans un centre de vacances avec ses parents. Mais le site a été touché quelques jours plus tôt par une tempête qui a quasiment tout balayé sur son passage. Du coup, le site a un aspect apocalyptique. La plupart des vacanciers ont annulé leur réservation. Si bien qu'ils ne sont que quelques familles. David va faire la connaissance de 4 autres adolescents de son âge : Jules, Benoît et Maria les enfants du directeur du parc et celui que tout le monde surnomme l'américain qui est en fait un touriste hollandais. Les 5 adolescents vont passer leur vacances ensemble à s'occuper comme ils le peuvent. Très vite une rivalité va naître entre Jules et David, ceux-ci n'étant pas insensibles à la jeune Maria. Une rivalité qui va vite devenir malsaine ...
L'ambiance de cette bande dessinée est assez étrange voire dérangeante. Il y a comme une impression de fin du monde. Une ambiance dans laquelle le lecteur sent qu'une catastrophe va arriver.

desert_park_bd_468x264


Côté dessins, je dois dire que je ne suis pas du tout habituée à ce type de coup de crayon et que je n'ai pas été conquise.
Sans dire que j'ai détesté cette bande dessinée, je ne peux pas dire que je l'ai vraiment aimée non plus. Une impression de lecture en demi teinte.

Critiques et infos sur Babelio.com