cuisinierehimmler"La cuisinière d'Himmler" de Franz-Olivier Giesbert, Gallimard.

Quatrième de couverture : "Ceci est l'épopée drolatique d'une cuisinière qui n'a jamais eu peur de rien. Personnage loufoque et truculent, Rose a survécu aux abjections de cet affreux XXème siècle qu'elle a traversé sans rien perdre de sa sensualité ni de sa joie de vivre. Entre deux amours, elle a tout subi : le génocide arménien, les horreurs du nazisme, les délires du maoïsme. Mais, chaque fois, elle a ressuscité pour repartir de l'avant. Grinçant et picaresque, ce livre raconte les aventures extraordinaires d'une centenaire scandaleuse qui a un credo : "Si l'Enfer, c'est l'Histoire, le Paradis, c'est la vie."

Mon avis : J'ai eu du mal à ne pas m'arrêter à l'horrible couverture de ce livre... Honnêtement, je trouve qu'elle ne donne pas, mais alors pas du tout, envie de découvrir ce qu'il y a à l'intérieur. Mais comme une amie me l'a prêtée en me disant qu'elle l'avait adorée, je me suis lancée. En plus, ça tombe bien, je n'avais jamais lu du Franz-Olivier Giesbert. Bref, me voilà partie à la découverte de l'histoire de Rose, une femme de 105 ans qui se lance dans la rédaction de ses mémoires. Et me voilà trimbalée de l'Arménie à la France, en passant par l'Allemagne, les Etats-Unis et la Chine. En voilà une qui a eu une vie chargée : elle a été touchée par toutes les horreurs enfantées par le XXème siècle et son chemin a croisé de nombreux noms qui ont marqué l'Histoire. J'ai trouvé l'ensemble un peu "too much". En voilà beaucoup pour une seule et même personne. C'est sûr, l'auteur ne me semble pas être dans la recherche de la vraisemblance mais il ne choisit pas non plus d'être dans une forme de loufoque assumé (comme c'est le cas dans "le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire"). Le personnage de Rose ne m'a pas convaincue à 100 % mais je me suis quand même laissée prendre la main par l'auteur pour découvrir cette histoire. Un bilan mitigé.

Ma note : 6/10