geisha"Geisha" de Arthur Golden, JC Lattès, 1997.

"Une petite fille de neuf ans, aux superbes yeux gris bleu, tels ceux de sa mère qui se meurt, est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de geishas : ainsi commence l'histoire de Sayuri dans le Japon des années trente. C'est à travers son regard d'enfant malheureuse que l'on découvrira Gion la décadente, le quartier du plaisir de Kyoto, avec ses temples resplendissants, ses théâtres raffinés, et ses ruelles sombres. C'est à travers son initiation et sa métamorphose que l'on apprendra l'art d'être geisha, les rites de la danse et de la musique, les cérémonies de l'habillage, de la coiffure et du thé, comment il sied de servir le saké en dévoilant à peine son poignet, comme surtout il faut savoir attirer l'attention des hommes et déjouer la jalousie des rivales. Née sous le signe de l'eau, n'agissant jamais sans consulter son almanach, franchissant épreuve sur épreuve, Sayuri nous entraîne dans le tourbillon des choses de la vie, futile et tragique comme la seconde guerre mondiale qui détruira Gion. Femme amoureuse toutefois, éprise d'un homme de qualité, convoitée par son ami, elle raconte aussi, toujours de sa voix limpide, la quête sans cesse recommencée de la liberté."

276

Lorsque Sayuri est vendue par son père, elle n'a que neuf ans. Cette petite fille de la campagne va se trouver propulsée dans un univers qui lui est totalement étranger : le quartier des geishas, Gion, à Kyoto. Sayuri va commencer par être "femme de ménage" dans une maison de geisha. Elle est au service de Hatsumomo, geisha très en vogue qui fait vivre cette maison. Cette femme de toute beauté a un épouvantable caractère. Elle va tout faire pour rendre la vie impossible à Sayuri. Elle cherche très vite à écarter toute concurrence potentielle de cette petite fille aux yeux sublimes. Sayuri n'est qu'une enfant et tombe dans les pièges qui lui sont tendus par Hatsumomo. Elle compromet ainsi son avenir de geisha. Jusqu'au jour où la principale rivale d'Hatsumomo, Mameha, la prend sous son aile. C'est grâce à Mameha que Sayuri va devenir l'une des plus grandes geishas de son époque.

L'auteur nous plonge dans la vie du quartier de Gion, très codifié. Il y a une énorme documentation derrière ce livre. C'est avec intérêt que j'ai découvert le monde des geishas qui est en fait très mal connu en occident. Une fois ce livre commencé, il est très difficile de le reposer. On a très envie de connaître l'évolution de la vie de Sayuri qui est un personnage très attachant tant par sa naïveté que par sa pureté.

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune avec Soukee.

277

Vue sur Kyoto